Bafoussam. Roger Tafam accusé de vandalisme

0
197

Le Maire de la ville a détruit les installations d’un opérateur économique. Ce dernier a saisi les autorités pour le dénoncer. Un vrai défi à l’Etat.

« Je ne sais pas si vous êtes l’avocat de ce torréfacteur. Ce n’est pas par ce qu’on bénéficie des financements de l’Etat qu’on doit s’installer partout… » Telle est la réponse que Roger Tafam, les yeux lançant les éclairs, nous a faite lors de son point de presse tenue récemment. Le Maire de la ville visiblement courroucé, répliquait à notre question sur la destruction du kiosque de Cristal Coffee sis à côté du Service d’hygiène de la Communauté urbaine de Bafoussam (CUB). « Je l’ai sommé de dégager ce kiosque, car j’entends construire la bibliothèque municipale à cet endroit », a expliqué Tafam.

Des propos en contradiction avec sa correspondance adressée à M. Kamdem Jean, promoteur de la Tobitor Sarl, propriétaire dudit kiosque. Datée du 14 octobre 2020, avec pour objet « Mise en demeure », elle stipule « Dans le cadre de nos activités de lutte contre le désordre urbain et l’insalubrité dans la ville de Bafoussam, j’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir procéder à l’enlèvement de votre kiosque dans les 72 heures… ». Rien à voir donc avec une quelconque bibliothèque. Selon nos sources à la CUB, le même modèle de lettres a été servi à tous les usagers. « C’est un prêt à lire qui fait fi de la continuité du service public et traduit la paresse intellectuelle et l’irresponsabilité de Roger Tafam » S’insurge un entrepreneur sinistré.

Des millions de subvention menacés

Ce promoteur en date du 23 octobre répondait à Tafam Roger. Dans sa correspondance, il lui rappelait que son entreprise fut régulièrement et de façon permanente installée par Mbou Samuel, l’alors Délégué du gouvernement auprès de la CUB. Tobitor Sarl révèle-t-il, fut retenue en 2008 par le gouvernement pour promouvoir la transformation des produits locaux de consommation de masse. « En 2011, un déblocage de 40 000 000 FCFA a été fait en notre faveur sans compter l’appui technique et autres dont le coût est estimé à 35 000 000 FCFA. »

En clair, c’est l’argent des contribuables qui est ainsi menacé. Roger Tafam en vandalisant le kiosque, a mis au chômage une dizaine de jeunes femmes qui y travaillaient. En effet Kamdem Jean a féminisé ce pan de son projet. Il n’a ainsi recruté exclusivement que des filles dont certaines en situation de précarité, pour servir le café et d’autres aliments dans ses kiosques, tel celui sis au monument Wanko qui ne désemplit pas. Le promoteur n’entend pas se laisser faire…

Michel Mombio

Annonce